Daum

Verrerie de la Ville aux portes d’or, la cristallerie Daum propose depuis des siècles des œuvres artistiques d’une beauté exceptionnelle. Entourée d’artisans talentueux, cette manufacture de renom s’impose comme le maître de la pâte de verre.

Depuis sa création en 1878 jusqu’à aujourd’hui, la cristallerie Daum est reconnue pour son savoir-faire inégalé, notamment en matière de travail de la pâte de cristal.

Une technique verrière que plusieurs verriers n’ont pas eu le courage d’adopter en raison de sa complexité et sa subtilité.

Actuellement, la cristallerie Daum s’impose encore comme une manufacture de référence dans l’industrie de l’art verrier. À travers ce billet, nous vous invitons à partir à la découverte de cette enseigne de prestige qui continue de nous proposer des œuvres magnifiques.

Le début de la cristallerie Daum

L’histoire de la cristallerie Daum débute vers la fin du XIXème siècle lorsque Jean Daum, notaire originaire de Bitche, Moselle, rachète une verrerie en difficulté. Bâtie en 1873-1874 à l’Est de Nancy, au lieu-dit le Pont Cassé, cette dernière était la propriété officielle de Guillaume Avril et Victor Bertrand.

Cette période allant des années 1870 à 1914 a vu un véritable renouvellement pour la ville de Nancy.

À cette époque, la manufacture fabriquait notamment des verres des bobèches et des verres de montre, bien qu’elle soit enregistrée comme une fabrique de verre à vitres.

Souhaitant développer leur activité, les propriétaires de la verrerie, Avril et Bertrand, ont emprunté de l’argent au notaire, Jean Daum.

Malheureusement, l’entreprise se trouva en difficulté et pour la sauver de la faillite, Jean Daum la rachète le 23 mars 1878,pour une somme de 50 000 francs. Désormais, la Société industrielle Avril Bertrand et C, devint la « Verrerie de Nancy », produisant des services de table et d’autres objets de décoration.

Alors que le nouveau propriétaire de l’ancienne fabrique de verre à vitres ne prédispose pas des compétences nécessaires au métier du verre, de nombreux ouvriers ont décidé de quitter l’entreprise.

Pour sauver les ateliers Daum de la crise, Jean Daum chercha à s’entourer des meilleurs ouvriers en engageant ceux d’une verrerie de Montferrand.

Pour aller plus loin dans la connaissance du verre, lisez notre article l’invention du verre.

Aussi, Jean Daum désigne le maître verrier, Eugène “Gustave” Alexandre MARQUOT dit Eugène Marquot comme directeur de la manufacture. Bientôt, son fils aîné Auguste Daum le rejoint et un peu plus tard, ses autres enfants Antonin et Paul laisseront également leur empreinte dans l’entreprise.

Après la seconde guerre mondiale, Henri et Michel Daum prennent les rênes de l’entreprise familiale.

Histoire de la cristallerie Daum à travers les années

Suite à l’annexion de l’Alsace-Lorraine par l’empire allemand dans les années 1870, de nombreux Français ont décidé de conserver leur nationalité en quittant la région, une disposition permise parle traité Francfort suite à la guerre franco-allemande.

Faisant partie des personnes qui ont choisi de rester Français, Jean Daum vend son étude notariale installée à Bitche, pour venir s’installer dans la ville de Nancy, en 1876.

En 1878, lorsqu’il rachète la verrerie de Guillaume Avril et Victor Bertrand, il a également construit une enseigne familiale que ses descendants développent au fil des années. À la mort de Jean Daum en 1885, son fils Auguste repend la direction de l’entreprise.

En 1887, le second fils de Jean Daum, Antonin rejoint l’entreprise et travaille aux côtés de son frère. Ingénieur sortant de l’école centrale des arts et manufactures de Paris, Antonin assure la direction artistique de l’enseigne, et s’occupe de la partie création ; tandis qu’Auguste prend en charge la gestion de la manufacture.

À son intégration dans les ateliers Daum, Antonin crée le département artistique et y développe près de 3 000 références pendant une vingtaine d’années. Pendant ces temps, il ne cesse de recourir à des techniques de plus en plus évoluées.

En 1893, les deux frères Daum embauchent l’artiste verrier, peintre et décorateur, Jacques Gruber. Celui-ci conçoit de nombreuses pièces que la manufacture présente à l’Exposition universelle de Chicago, l’un des évènements qui a permis à l’enseigne de se faire connaître par le plus grand nombre.

Dès lors, le succès de l’entreprise est au rendez-vous. La manufacture est, désormais, considérée comme une enseigne de référence dans l’industrie verrière.

En 1895, Henri Bergé, futur illustrateur de l’Ecole de Nancy, intègre les ateliers Daum et occupe le poste de décorateur, au même titre que Jacques Gruber. Sortant de l’École des Beaux-Arts de Nancy, Henri Bergé oriente les œuvres de la manufacture Daum vers un style paysager et floral.

En 1897, les frères Daum mettent en place une école de dessin au sein de leur entreprise. Dirigée par Henri Bergé, cette école forme les futurs décorateurs et graveurs de la manufacture.

En 1898, Henri Bergé est épaulé par un nouveau recru, Emile Writz.

En 1904, la manufacture Daum engage l’un des plus grands verriers de l’époque Art Nouveau, Amalric Walter. C’est lui qui va intégrer la technique de la pâte de verre dans l’enseigne.

Entourée par des artistes de renom et talentueux, la manufacture Daum développe une notoriété qui ne cesse de croître et contribue à plusieurs expositions. Au même titre qu’Emile Gallé, les frères Daum ont remporté le Grand Prix lors de l’Exposition universelle de Paris en 1900.

En 1901, Antonin Daum devint le vice-président de l’Ecole de Nancy, si Emile Gallé en est le fondateur.

C’est pendant l’époque de l’Art Nouveau que la manufacture Daum réalise ses plus belles pièces.

Aujourd’hui encore, la cristallerie Daum continue de briller sur le monde de l’art de prestige, et propose des créations artistiques aux décors et formes prédéfinis.

Daum verrier : de l’Art Nouveau à l’Art Déco

Après le décès de Jean Daum, ses enfants continuent de développer la cristallerie familiale en mettant en œuvre des techniques innovantes.

Alors que la manufacture était au bord de la faillite en 1887, Antonin Daum la rejoint et très vite, il a changé la situation de l’entreprise. Grâce à son talent, son savoir-faire artistique et son idée novatrice en matière de décoration, Antonin Daum mène la société au succès.

Misant sur la décoration florale et celle de la nature, la cristallerie Daum a tout naturellement adapté ses productions au style artistique à la mode, apparu vers la fin du XIXème siècle : l’Art Nouveau.

Ce mouvement artistique très populaire en 1880jusqu’au 1910 s’inspire essentiellement de la nature, et met en avant des décorations en forme de fleurs, de plantes, de femmes ou encore d’animaux.

En 1910, le mouvement Art Nouveau devient de moins en moins célèbre, laissant place à un nouveau style baptisé « Art Déco ».

Composée d’une équipe d’artistes talentueuse et soucieuse de répondre aux besoins du plus grand nombre, la manufacture Daum aborde cette époque en toute aisance.

Toujours sous l’égide d’Antonin et d’Auguste Daum, les verriers et cristalliers de l’entreprise réorientent leurs créations artistiques vers ce nouveau mouvement.

Procédé de la cristallerie Daum France : la pâte de cristal

L’on doit le développement de la technique de la pâte de verre au début des années 1900 à Almaric Walter, qui a repris une méthode oubliée. La manufacture Daum remet le procédé au goût du jour en 1968,qui deviendra plus tard la technique de la pâte de cristal Daum.

Dans la pratique, cette fameuse pâte consiste en une composition à base de groisils (des morceaux de cristal) traitée par moulage à froid, et subissant une vitrification par cuisson.

À partir de cette année, Daum cherche à collaborer avec des artistes de renom comme Salvador Dali, César, Arman, Richard Texier… dans la conception de modèles en pâte de verre.

Si certaines personnes assimilent cette technique à celle de la cire perdue, sa pratique s’avère être beaucoup plus délicate et complexe. Ce procédé nécessite la conception d’un modèle à la forme finale voulue, et d’en fabriquer une moule en plâtre réfractaire.

Une fois achevé, le moule reçoit de la cire chaude qui va donner la forme de l’œuvre. L’objet en cire est alors recouvert d’un moule négatif qui sera rempli de pâte de verre.

Pour obtenir des teintes et une transparence spécifiques, le verrier ajoutera des groisils de différentes couleurs. Ce qui permet d’obtenir une création unique à chaque fois, puisqu’il est difficile, voire impossible d’obtenir la même teinte deux fois (seul un moule en élastomère serait réutilisable).

Le moule reçoit alors un traitement sous l’effet de la chaleur à 900 ° pendant plusieurs jours avant d’être cassé pour offrir une pièce unique en verre.

Comme beaucoup d’autres verriers, la manufacture Daum utilise aujourd’hui encore cette technique, mais l’enseigne des frères Daum est incontestablement le seul à maîtriser véritablement le procédé, et à disposer du savoir-faire nécessaire à ses particularités.

La collection des frères Daum au musée des Beaux-Arts et au musée de l’Ecole de Nancy

Depuis l’année 1985,la manufacture Daum est rachetée par le riche financier Prosper Amouyal, par l’intermédiaire de la holding Financière Saint-Germain.

La cristallerie Daum est l’un des fervents représentants du courant artistique Art nouveau et du mouvement de l’Ecole de Nancy. Il n’est ainsi pas étonnant que la ville de Nancy conserve les meilleures collections de la Maison Daum.

Installé dans l’ancien bastion d’Haussonville, le musée des Beaux-Arts, place Stanislas, abrite au sous-sol plus de 725 œuvres(dont 300 exposées) de la Cristallerie Daum. Aucun autre musée au monde ne dispose d’autant de pièces d’une manufacture.

Ce musée abrite des coupes, des vases, des flacons de parfum et d’autres objets de décoration qui retracent l’histoire de la Maison Daum de 1893 à 1937.

Si vous visitez la ville de Nancy, faites un tour au musée des Beaux-Arts de Nancy pour admirer l’art de la Maison Daum à travers les nombreuses pièces qui y sont exposées :

  • le Service Régence (1891), un service de verre doré à l’or fin ;
  • le vase Prairial (1892) ;
  • le vase Daum à décor de chardons (1892) ;
  • le vase Daum Domrémy-la-Pucelle (1893) ;
  • le vase Daum René II, duc de Lorraine(1894) ;
  • le vase aux armes de Jeanne d’Arc (1894) ;
  • le vase à décor de renoncules (1899) ;
  • le vase à décor de marguerites (1900) ;
  • la Bonbonnière aux bleuets (1901) ;
  • le vase Chardons (1902) ;
  • le vase Champignons (1907) ;
  • le Cendrier au crabe (1909) ;
  • le vase Daum à décor de Baies d’aubépine (vers1910) ;
  • le vase Daum aux églantiers (1913) ;
  • le vase Daum aux raisins roses (1925)…

D’autres vases et objets de décoration signés par Daum et d’autres cristalleries alsaciennes-lorraines sont à découvrir sur notre site : des vases en cristal et verre, des verres en cristal

Où acheter des vases Daum à Paris ?

Aujourd’hui, la cristallerie est établie à Vannes-le-châtel, et propose des visites d’usine, des démonstrations du travail du verre, ainsi que des formations au métier de verrier.

Pour acquérir une pièce ancienne, un vase ou un objet déco Daum France, rendez-vous sur le site Vessière Frères.

Vous trouverez également d’autres produits des verriers français sur le site de la maison mère Vessière Cristaux.

Comment reconnaître les faux Daum ?

Comme pour tous les produits de luxe et de prestige, les pièces Daum font également l’objet de contrefaçon.

Pour les éviter, il faut savoir que les faux Daum portent généralement une signature peinte, ce qui n’est pas le cas des véritables œuvres Daum, portant une signature moulée.

Aucun produit ne correspond à votre sélection.

Panier

La boutique

Le guide des verriers

Recevez un condensé du meilleur de l'artisanat, chaque vendredi

Rejoignez-nous

1 rue de la division Leclerc, 54120 Baccarat

contact@vessiere-freres.fr

Retour haut de page

Recevez un condensé du meilleur de l'artisanat, chaque vendredi